Logiciel de gestion de camping - Le Blog Hippo-Camp

Actualités & Innovations autour du logiciel de gestion de camping HippoCamp
Non classé

HippoCamp convertit les réservations des OTAs en direct

La solution de gestion HippoCamp intègre des outils pour utiliser intelligemment les OTAs

Les plus gros OTAs (Booking, Expedia, Airbnb…) occupent une place importante sur le marché aujourd’hui. 70% des réservations d’hébergement en ligne sont effectuées sur un OTA en 2020. C’est un chiffre considérable et des revenus conséquents pour ces sociétés qui ont uniquement un rôle d’intermédiaire et de vitrine. Cependant les OTAs sont devenus un passage presque obligatoire pour les hôteliers.

La société YOOROCK édite la solution de gestion HippoCamp. Proche de ses utilisateurs, elle a bien écouté et compris les besoins mais également les craintes des hôteliers. C’est pourquoi elle a décidé de simplifier la gestion de la vente en ligne au quotidien en connectant son PMS aux OTAs. Au delà d’une simple passerelle c’est un ensemble d’outils qui sont fournis afin de construire une stratégie de recours intelligente aux OTAs.

-> Découvrez l’article sur le partenariat entre HippoCamp et Elloha : HippoCamp et Elloha ouvrent les portes des OTAs aux campings 

La place des OTAs sur le marché : les conséquences du web et du développement de la vente en ligne

Les OTAs ont envahi le marché avec le développement de la consommation sur le web. Ils rassemblent les hôteliers en commercialisant leurs offres sur une plateforme en ligne. Ils proposent des interfaces sur lesquelles il est simple et rapide de rechercher un établissement et de réserver un séjour.

Le marché des OTAs est très vaste. Il y a des OTAs spécifiques pour chaque secteur et chaque voyageur : hôtellerie de plein air, clientèles anglaises, insolites… Mais aujourd’hui certains d’entre eux occupent une place plus importantes que d’autres : Booking.com, Airbnb et Expedia sont les trois plus grosses plateformes de réservation en ligne d’hébergements. Ces plateformes devenues presque obligatoires pour les hôteliers sont onéreuses. Leurs commissions représentent une partie non négligeable de chaque séjour.

Distribuer sur les OTAs : du changement pour les hôteliers

Le poids des commissions :

Les indispensables OTAs remplissent les établissements hôteliers en fournissant des réservations en grosse quantité. Mais les commissions appliquées sont très élevées (en moyenne 18%), et ceci explique la difficulté des hôteliers à obtenir des bénéfices financiers sur ces réservations.

La difficile maîtrise de la relation client :

La plupart des réservations émises sur ces plateformes sont maigres en données concernant le client. La plupart du temps l’hôtelier ne récupère pas les informations de la fiche client telles que le numéro de téléphone ou l’adresse e-mail. Les OTAs restreignent la quantité d’information transmise à l’établissement pour clairement éviter que l’hôtelier contacte le voyageur en direct.

L’adaptation nécessaire aux technologies

Ces interfaces sont globalement simples à prendre en main pour une personne à l’aise en informatique et adepte des nouvelles technologies. Cependant, ce n’est pas le cas de tous et un accompagnement dans leur utilisation est nécessaire, ce qui peut engendrer des frais supplémentaires.

Le changement de mode de gestion, un passage obligé

Lorsqu’un établissement décide de commercialiser ses hébergements sur les OTAs, il doit avant tout revoir son mode de gestion. Il est fortement conseillé de s’équiper d’une solution de gestion. Elle permet de synchroniser ses disponibilités en temps réel et surtout de récupérer les réservations dans un planning central. Il faut définir un schéma de gestion et s’équiper d’outils spécifiques. Le minimum requis est un logiciel de Gestion ainsi qu’un Channel manager. Ces solutions permettent d’automatiser les tâches, gagner du temps et de l’argent.

*Cas d’une gestion manuelle : Dans la pratique, lorsqu’un établissement décide de distribuer en ligne sur plusieurs canaux de vente sans s’équiper d’une solution de gestion, il doit alors sans cesse mettre à jour ses disponibilités.

Cela signifie que lorsqu’il reçoit l’appel d’un voyageur réservant un séjour, alors il doit obligatoirement fermer une unité de stock en ligne, afin d’éviter tout surbooking.

A l’inverse, lors de la réception d’une réservation via un OTA, l’établissement doit également saisir la nouvelle réservation pour mettre à jour son planning.

Cet exercice nécessite beaucoup de temps et d’énergie, engendre une charge administrative conséquente et énormément de stress.

HippoCamp vous accompagne dans la gestion des OTAs

Depuis 2020 HippoCamp a donc décidé de se connecter au Channel Manager français Elloha. Les stocks et le planning se connectent aux OTAs tels que Booking.com, Expedia, Airbnb et bien d’autres. D’un côté, le planning des séjours HippoCamp se synchronise en temps réel avec les plateformes de vente en ligne. De l’autre, les réservations s’intègrent instantanément dès leur validation par les voyageurs. De ce fait, l’hôtelier peut voir son planning se remplir petit à petit, sans avoir aucune tâche à effectuer.

La société YOOROCK a décidé d’aller plus loin et d’accompagner les hôteliers à faire face aux pouvoirs des OTAs. La solution HippoCamp intègre des outils afin de transformer la réservation d’un OTA en une future réservation directe.

Tout commence lors de la mise en place de la passerelle avec Elloha. L’utilisateur peut limiter le volume de stock envoyé vers les OTAs. Ainsi il bénéficie de la vitrine de ces derniers, sans pour autant les laisser gérer l’ensemble des hébergements.

Les OTAs ont également un rôle d’annuaire en listant les établissements sur une zone géographique par exemple. Les voyageurs peuvent facilement trouver un établissement correspondant à leurs critères. Nous remarquons qu’il est probable qu’ils visitent le site web de l’établissement choisi. Ils y trouveront des informations complémentaires et pourront finalement réserver en direct.

L’effet Billboard : En 2009, Chris Anderson a nommé l’effet billboard le phénomène suivant. Pour un établissement hôtelier, le fait d’être présent et visible sur un OTA lui amène non seulement des réservations indirectes commissionnées par le biais de l’OTA, mais également un surplus de réservations directes enregistrées par téléphone ou sur son site web.

Comment HippoCamp aide les hôteliers à convertir des réservations des OTAs en direct ?

Tout d’abord, le plus important est d’obtenir les coordonnées du voyageur. Lors de son arrivée, l’établissement peut demander l’adresse email et éventuellement le numéro de téléphone de ce dernier. Cela permettra entre autre de pouvoir communiquer la facture des prestations. De plus, votre client pourra accéder à son espace client. Il pourra alors gérer ses coordonnées personnelles, en cohérence avec les normes en vigueur concernant les donnée personnelles (RGPD).

Une fois ces informations récoltées, l’hôtelier va pouvoir communiquer en direct avec le voyageur. L’origine du séjour permet de distinguer les réservations réalisées sur les OTAs. Grâce à l’outil de campagnes d’emails de HippoCamp, l’hôtelier va pouvoir envoyer un email ciblé à ces voyageurs. Il peut leur proposer de réserver un prochain séjour en direct et donc de ne pas avoir d’intermédiaire. Ainsi, un premier séjour réservé sur un OTA peut entrainer plusieurs séjours réservés en direct avec l’hôtelier. Bien entendu cela repose sur l’application des conseils fournis par HippoCamp.

Grâce à HippoCamp les hôteliers peuvent tirer leur épingle du jeu

Si aujourd’hui les OTAs divisent la profession, ces derniers détiennent tout de même un poids énorme sur le marché. Il est donc très difficile de s’en passer. Par contre, la manière dont ils sont utilisés doit être vigoureusement étudiée. HippoCamp propose aujourd’hui une stratégie efficace afin d’être plus performant sur le web. Il est tout à fait possible d’avoir une part de marché plus importante, sans pour autant sacrifier ses revenus.

A voir : HippoCamp simplifie la gestion des réservations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *